Contact

Chasseur de tête Mode & Luxe

231 rue Saint Honoré
75001 Paris

T +33 1 81 70 52 26
info@meetandmatch.fr

Notre équipe est disponible sur RDV

DIRECTION DES TALENTS
talents@meetandmatchhr.fr

DIRECTION FINANCIÈRE
finance@meetandmatchhr.fr

DIRECTION LÉGALE/JURIDIQUE
legal@meetandmatchhr.fr

CONTACT PRESSE
presse@meetandmatchhr.fr

Faisons connaissance
Merci d’avance de nous transmettre vos coordonnées ainsi qu’un créneau de préférence pour un premier dialogue.
Créneau pour prise de contact
Merci de nous
avoir contacté.
Nous vous appellerons très prochainement.
Inscrivez-vous à
notre newsletter
Suivez toute l’actualité du monde
de la Mode et du Luxe.
Merci de vous être
inscrit à la newsletter.

Burberry a prévenu qu’il pourrait ne pas atteindre son objectif de croissance du chiffre d’affaires pour l’ensemble de l’exercice 2024 

Finance
 | 

Paris, le 16 novembre 2023

Dans une révélation qui a secoué les marchés ce matin, Burberry, l’emblématique marque de luxe britannique, a émis un avertissement sur ses bénéfices, signalant des vents contraires qui pourraient entraver l’atteinte de ses objectifs de revenus pour l’exercice 2024.

Un ralentissement notable dans le secteur du luxe a été cité comme le principal coupable, avec des ventes et des bénéfices ayant commencé à décliner au second semestre, clos le 30 septembre.

La direction de Burberry a indiqué que le bénéfice d’exploitation ajusté pourrait se situer à l’extrémité inférieure de la fourchette consensuelle, une nouvelle qui a entraîné une chute de l’action de 8% à 16 livres en début de journée.

La demande fléchissante en Chine continentale et aux États-Unis a été particulièrement soulignée, bien que la marque ait noté une demande robuste de la part des touristes chinois en dehors de leur pays.

Les résultats financiers du premier semestre ont toutefois montré une hausse modeste de 4% du chiffre d’affaires à taux publié, et une augmentation plus significative de 7% à taux constants, atteignant 1,4 milliard de livres.

Ces chiffres contrastent avec une croissance plus dynamique enregistrée au premier trimestre fiscal, mettant en lumière une dynamique changeante dans l’industrie.

Jonathan Akeroyd, le PDG de Burberry, a reconnu ces défis tout en affirmant la confiance de la marque dans sa stratégie pour réaliser son potentiel en tant que marque de luxe britannique moderne.

La société reste déterminée à atteindre ses objectifs à moyen et long terme malgré un environnement macroéconomique devenu plus difficile, exacerbé par la hausse des taux d’intérêt et la pression croissante du coût de la vie.

Burberry n’est pas seule dans cette épreuve; des géants tels que LVMH, Kering et Richemont observent des tendances similaires.

Une baisse de la demande aux États-Unis, des ventes chancelantes en Chine continentale, mais un fort engouement des voyageurs chinois en Asie, dessinent un paysage complexe pour l’industrie.

La réduction des dépenses de la classe moyenne ambitieuse, autrefois avide de produits de luxe, est désormais évidente.

Les consommateurs, confrontés à des pressions macroéconomiques multiples, reconsidèrent leurs priorités, ce qui n’épargne pas les acteurs du luxe.

Burberry, avec un ajustement prévu des effets de change défavorables et une sensibilité accrue au sentiment des consommateurs, se prépare à naviguer dans ce qui semble être une période de turbulences pour le luxe.

Le secteur, autrefois indomptable, se trouve à l’aube d’une réévaluation significative de ses perspectives, où l’adaptabilité et l’innovation ne seront pas de simples atouts, mais des nécessités absolues.

Dans un contexte où la conjoncture économique globale pèse lourdement sur le pouvoir d’achat, Burberry, comme ses contemporains, est confronté à un consommateur plus prudent.

La prudence des acheteurs est en partie due à la hausse des taux d’intérêt et à une inflation galopante, qui érodent le pouvoir d’achat et réorientent les dépenses vers des biens essentiels, reléguant les articles de luxe à un plan secondaire.

Les chiffres relatifs au premier semestre de l’année mettent en évidence une image mitigée.

Une croissance robuste en Asie-Pacifique et dans la région EMEIA, soutenue par la reprise du tourisme en Europe continentale, contraste avec le déclin en Chine continentale et dans les Amériques.

Ces tendances révèlent une redéfinition des habitudes de consommation où les acheteurs chinois, autrefois moteurs de croissance pour les marques de luxe en Chine, se déplacent maintenant vers des marchés étrangers.

Le segment des vêtements d’extérieur, les trench-coats emblématiques et les sacs en cuir de Burberry continuent de réaliser des performances solides, signe que malgré les vents contraires, les produits phares de la marque conservent leur attrait.

Cependant, le ralentissement global oblige Burberry à envisager des ajustements stratégiques, notamment en termes de gestion de l’offre et de stratégie marketing, pour s’adapter à l’évolution des préférences des consommateurs.

En regardant vers l’avenir, le luxe britannique semble être à un carrefour. Burberry doit non seulement naviguer à travers un paysage économique incertain mais également anticiper et s’adapter aux mutations de son cœur de cible.

La marque doit jongler avec la fidélisation de sa clientèle traditionnelle tout en captant l’intérêt de nouveaux segments de marché qui privilégient des considérations telles que la durabilité et l’individualisme dans leurs achats.

Le ralentissement de la demande n’est pas un phénomène isolé pour Burberry, mais plutôt un reflet des défis plus larges auxquels l’industrie du luxe dans son ensemble est confrontée.

Les marques doivent maintenant opérer avec une souplesse accrue, en réajustant leurs attentes et en innovant pour rester pertinentes dans un monde où le luxe doit prouver sa valeur au-delà de l’étiquette de prix.

La déclaration de Jonathan Akeroyd souligne un optimisme prudent, reconnaissant que malgré les bons progrès réalisés par rapport aux objectifs stratégiques de l’entreprise, Burberry n’est pas immunisée contre les aléas de l’économie mondiale.

Il reste cependant confiant dans la capacité de la marque à naviguer dans ces eaux troubles et à émerger avec une proposition de valeur renouvelée pour ses consommateurs.

Alors que Burberry regarde vers l’horizon 2024, l’industrie observe attentivement, sachant que la trajectoire de la marque pourrait bien servir de baromètre pour le secteur du luxe dans son ensemble.

La capacité de Burberry à s’adapter, à innover et à rester pertinente sera déterminante, non seulement pour sa propre réussite mais également pour celle du luxe britannique sur la scène mondiale.

Crédit photographie : Burberry

Opportunité de carrière M&M : Talents

Notre dernière actualités concernant la maison

[ Conseiller de Vente Senior – Maison de Champagne H/F/X ]

France, Paris | CDI | Salaire 28 – 36 K annuel
Publié le 26/03/2024
M&M | RRH | Store Manager

L'expérience talent est essentielle pour M&M

+ Un consultant attitré vous accompagnera tout au long de votre parcours talent.

Échange et diagnostic
Un test de personnalité ( valorisation de vos soft skills ) vous sera proposé
Vous avez aux résultats, les données vous appartiennent et vous aurez une analyse du consultant.

+ Vérifications de vos antécédents professionnels ( prise de référence avec votre accord, diplômes etc..)

+ Accompagnement jusqu'à la prise de poste ( et période d'essai )
Point annuel avec M&M