Contact

Chasseur de tête Mode & Luxe

231 rue Saint Honoré
75001 Paris

T +33 1 81 70 52 26
info@meetandmatch.fr

Notre équipe est disponible sur RDV

DIRECTION DES TALENTS
talents@meetandmatchhr.fr

DIRECTION FINANCIÈRE
finance@meetandmatchhr.fr

DIRECTION LÉGALE/JURIDIQUE
legal@meetandmatchhr.fr

CONTACT PRESSE
presse@meetandmatchhr.fr

Faisons connaissance
Merci d’avance de nous transmettre vos coordonnées ainsi qu’un créneau de préférence pour un premier dialogue.
Créneau pour prise de contact
Merci de nous
avoir contacté.
Nous vous appellerons très prochainement.
Inscrivez-vous à
notre newsletter
Suivez toute l’actualité du monde
de la Mode et du Luxe.
Merci de vous être
inscrit à la newsletter.

Dior Couture: L’Éclat de l’Art dans la Haute Couture par Maria Grazia Chiuri et Isabella Ducrot

Mode
 | 
Dans les jardins verdoyants du Musée Rodin, sous une toile tendue vers le ciel parisien,…

Dans les jardins verdoyants du Musée Rodin, sous une toile tendue vers le ciel parisien, le défilé Haute Couture de Dior s’est déroulé comme un récit de textures et d’histoire.

Maria Grazia Chiuri, la directrice artistique de la maison emblématique, a présenté une collection qui n’était pas seulement un défilé de vêtements mais une ode au dialogue harmonieux entre la mode et l’art.

La collaboration avec l’artiste nonagénaire Isabella Ducrot, qui utilise le vêtement comme médium dans son art, a marqué un point fort pour Dior.

Cette alliance est un témoignage de la puissance durable de la mode en tant que forme d’art portable. L’installation Big Aura de Ducrot a servi de toile de fond, projetant une lueur éthérée sur la collection, suggérant que chaque vêtement est imprégné d’une présence ineffable, une “aura” qui transcende sa forme physique.

Chiuri, connue pour sa position féministe et ses références culturelles profondes, a poursuivi son voyage dans l’âme du tissu, cette fois avec le moiré.

Historiquement le tissu du pouvoir, l’apparence ondulée du moiré était manipulée à la main pour créer un jeu de lumière et d’ombre, conférant à chaque pièce un sens du mouvement et de la vie.

La collection, comprenant 23 manteaux figuratifs imposants rappelant les princes ottomans, lance une déclaration audacieuse : la mode ne doit pas être éphémère mais peut être aussi intemporelle et significative que n’importe quel chef-d’œuvre accroché dans une galerie.

En réduisant ces grandes silhouettes à des figures poétiques, Chiuri comble le fossé entre la gravité historique et le minimalisme contemporain.

Mais il ne s’agissait pas seulement de grandeur.

Dans un monde de plus en plus dominé par la mode éphémère et les tendances jetables, le Dior de Chiuri défend l’idée qu’il existe une expérience plus profonde et contemplative à vivre.

Chaque pièce, des vestes Bar aux cols “origami” aux trenchs fins à la française, a été conçue avec une attention aux détails qui exige une pause et une appréciation.

La robe bustier ornée de mille fleurs en rubans teintés et les robes drapées en moiré cerise inspirent un retour à la cérémonie de l’habillage.

Elles évoquent une époque où les vêtements étaient faits pour durer et être chéris, et non juste consommés.

Dans ces temps de changement rapide et d’incertitude, le travail de Chiuri est un rappel des constantes qui restent dans nos vies : la beauté, l’artisanat et la narration tissée dans les mêmes fils de nos vêtements.

La couture méticuleuse, les tissus artisanaux et les inspirations historiques ne sont pas de simples retours en arrière mais sont la manière pour Chiuri de nous ancrer dans le moment présent.

Cette collection parle également de fonctionnalité, un aspect souvent négligé de la haute couture.

Chiuri conçoit pour la femme contemporaine qui apprécie l’art mais exige de la praticité.

De cette manière, le Dior de Chiuri est à la fois un gardien du patrimoine et un pionnier de la modernité.

Alors que les mannequins défilaient sur le podium, chaque pas était un témoignage de l’esprit collaboratif que la mode incarne.

Il ne s’agit pas seulement du designer ou de l’artiste ; il s’agit de l’effort collectif des tailleurs, des artisans et même des stagiaires comme Ju, dont la technique de guipure au crochet a trouvé sa place dans la collection.

En conclusion, la dernière offre de Chiuri est plus qu’une simple déclaration de mode ; c’est un moment culturel qui affirme le rôle de la haute couture dans le monde d’aujourd’hui.

Elle respecte le passé tout en définissant audacieusement l’avenir.

Dior sous la direction de Chiuri ne crée pas seulement des vêtements ; il organise une expérience, une philosophie et, en effet, une nouvelle aura de haute couture.

Crédit image : Dior

Opportunité de carrière M&M : Talents