Contact

Chasseur de tête Mode & Luxe

231 rue Saint Honoré
75001 Paris

T +33 1 81 70 52 26
info@meetandmatch.fr

Notre équipe est disponible sur RDV

DIRECTION DES TALENTS
talents@meetandmatchhr.fr

DIRECTION FINANCIÈRE
finance@meetandmatchhr.fr

DIRECTION LÉGALE/JURIDIQUE
legal@meetandmatchhr.fr

CONTACT PRESSE
presse@meetandmatchhr.fr

Faisons connaissance
Merci d’avance de nous transmettre vos coordonnées ainsi qu’un créneau de préférence pour un premier dialogue.
Créneau pour prise de contact
Merci de nous
avoir contacté.
Nous vous appellerons très prochainement.
Inscrivez-vous à
notre newsletter
Suivez toute l’actualité du monde
de la Mode et du Luxe.
Merci de vous être
inscrit à la newsletter.

Richemont met un terme à son projet avec Farfetch

Finance
 | 
Paris, le 19 décembre 2023 Dans une revirement surprenant qui secoue le monde…

Paris, le 19 décembre 2023

Dans une revirement surprenant qui secoue le monde du luxe numérique, Richemont, le conglomérat suisse propriétaire de marques prestigieuses telles que Cartier, Piaget et IWC, a annoncé l’annulation d’un partenariat stratégique avec Farfetch, le détaillant britannique de luxe en ligne. Cette décision intervient suite à l’annonce par Coupang, le titan sud-coréen de l’e-commerce, de son intention d’acquérir Farfetch, provoquant une onde de choc dans le secteur du luxe.

En août 2022, les deux géants avaient préparé le terrain pour une collaboration qui semblait prometteuse. Richemont avait consenti à vendre une part de 47,5% de Yoox Net-A-Porter (YNAP) à Farfetch, avec la possibilité pour ce dernier d’acquérir par la suite la totalité des parts. Cette transaction devait également voir Mohamed Alabbar, via son véhicule d’investissement Symphony Global, prendre une participation minoritaire de 3,2% dans Farfetch.

Cependant, les promesses de l’accord initial se sont effondrées le 18 décembre 2023 lorsque Farfetch a annoncé une transaction potentielle qui a rendu impossible la conclusion des arrangements précédemment dévoilés. Richemont a donc déclaré lundi que les accords étaient officiellement résiliés.

Ce changement de cap soudain laisse Richemont et ses affiliés avec des questions stratégiques considérables. La firme suisse avait envisagé d’adopter les plateformes de Farfetch pour enrichir ses activités en ligne, mais cette voie est désormais close. Richemont a aussi exclu l’ouverture de concessions électroniques sur le marché de Farfetch, marquant ainsi une séparation nette avec le détaillant britannique.

Plus alarmant encore, Richemont a prévenu que les obligations convertibles de 300 millions de dollars émises par Farfetch pourraient ne pas être remboursées. Ces obligations, dont la valeur comptable s’élève à 218 millions d’euros dans les comptes de Richemont au 30 novembre 2023, représentent une part significative de l’investissement initial de Richemont dans Farfetch.

Richemont cherche maintenant à naviguer dans ces eaux tumultueuses en réévaluant ses options pour YNAP afin d’exploiter au mieux ses capacités distinctives et son potentiel sous une nouvelle direction. Il est clair que l’entreprise suisse continuera d’investir dans ses plateformes propriétaires, se concentrant sur une stratégie digitale indépendante, tout en restant à l’affût d’un nouveau partenaire stratégique pour renforcer sa position dans le commerce de luxe en ligne.

Alors que l’industrie de la mode et du luxe en ligne continue de se développer à un rythme effréné, cet échec marque un rappel brut de la complexité et de la volatilité inhérentes aux alliances stratégiques dans cet espace numérique concurrentiel. Reste à voir comment Richemont et ses marques de luxe navigueront dans le paysage numérique en mutation et quel nouveau partenaire émergera dans cette quête de suprématie digitale.

Richemont et Farfetch: Fin d’une Alliance Stratégique dans le Luxe en Ligne

Dans une revirement surprenant qui secoue le monde du luxe numérique, Richemont, le conglomérat suisse propriétaire de marques prestigieuses telles que Cartier, Piaget et IWC, a annoncé l’annulation d’un partenariat stratégique avec Farfetch, le détaillant britannique de luxe en ligne.

Cette décision intervient suite à l’annonce par Coupang, le titan sud-coréen de l’e-commerce, de son intention d’acquérir Farfetch, provoquant une onde de choc dans le secteur du luxe.

En août 2022, les deux géants avaient préparé le terrain pour une collaboration qui semblait prometteuse.

Richemont avait consenti à vendre une part de 47,5% de Yoox Net-A-Porter (YNAP) à Farfetch, avec la possibilité pour ce dernier d’acquérir par la suite la totalité des parts.

Cette transaction devait également voir Mohamed Alabbar, via son véhicule d’investissement Symphony Global, prendre une participation minoritaire de 3,2% dans Farfetch.

Cependant, les promesses de l’accord initial se sont effondrées le 18 décembre 2023 lorsque Farfetch a annoncé une transaction potentielle qui a rendu impossible la conclusion des arrangements précédemment dévoilés.

Richemont a donc déclaré lundi que les accords étaient officiellement résiliés.

Ce changement de cap soudain laisse Richemont et ses affiliés avec des questions stratégiques considérables.

La firme suisse avait envisagé d’adopter les plateformes de Farfetch pour enrichir ses activités en ligne, mais cette voie est désormais close.

Richemont a aussi exclu l’ouverture de concessions électroniques sur le marché de Farfetch, marquant ainsi une séparation nette avec le détaillant britannique.

Plus alarmant encore, Richemont a prévenu que les obligations convertibles de 300 millions de dollars émises par Farfetch pourraient ne pas être remboursées.

Ces obligations, dont la valeur comptable s’élève à 218 millions d’euros dans les comptes de Richemont au 30 novembre 2023, représentent une part significative de l’investissement initial de Richemont dans Farfetch.

Richemont cherche maintenant à naviguer dans ces eaux tumultueuses en réévaluant ses options pour YNAP afin d’exploiter au mieux ses capacités distinctives et son potentiel sous une nouvelle direction.

Il est clair que l’entreprise suisse continuera d’investir dans ses plateformes propriétaires, se concentrant sur une stratégie digitale indépendante, tout en restant à l’affût d’un nouveau partenaire stratégique pour renforcer sa position dans le commerce de luxe en ligne.

Alors que l’industrie de la mode et du luxe en ligne continue de se développer à un rythme effréné, cet échec marque un rappel brut de la complexité et de la volatilité inhérentes aux alliances stratégiques dans cet espace numérique concurrentiel.

Reste à voir comment Richemont et ses marques de luxe navigueront dans le paysage numérique en mutation et quel nouveau partenaire émergera dans cette quête de suprématie digitale.

Source : Reuters

Crédit image : Richemont

Opportunité de carrière M&M : Talents