Contact

Chasseur de tête Mode & Luxe

231 rue Saint Honoré
75001 Paris

T +33 1 81 70 52 26
info@meetandmatch.fr

Notre équipe est disponible sur RDV

DIRECTION DES TALENTS
talents@meetandmatchhr.fr

DIRECTION FINANCIÈRE
finance@meetandmatchhr.fr

DIRECTION LÉGALE/JURIDIQUE
legal@meetandmatchhr.fr

CONTACT PRESSE
presse@meetandmatchhr.fr

Faisons connaissance
Merci d’avance de nous transmettre vos coordonnées ainsi qu’un créneau de préférence pour un premier dialogue.
Créneau pour prise de contact
Merci de nous
avoir contacté.
Nous vous appellerons très prochainement.
Inscrivez-vous à
notre newsletter
Suivez toute l’actualité du monde
de la Mode et du Luxe.
Merci de vous être
inscrit à la newsletter.

Bernard Arnault a pris une petite participation au capital du suisse Richemont

Finance
 | 

Paris, le 25 juin 2024

Estimated reading time: 3 minutes

Dans une manœuvre qui a pris les marchés financiers par surprise, Bernard Arnault, PDG du conglomérat de luxe LVMH, a récemment acquis une participation personnelle dans la Compagnie Financière Richemont.

Cette annonce, révélée par Bloomberg, a suscité une flambée de 3% de l’action Richemont à la Bourse de Zurich, signalant une réaction positive du marché à cette nouvelle.

Richemont, la société mère de marques prestigieuses telles que Cartier, est une forteresse dans le monde du luxe, contrôlée fermement par la famille Rupert.

Johann Rupert, le président, détient une majorité de droits de vote avec seulement 10,2% du capital.

Cette structure de propriété rend Richemont pratiquement “inopérable” au sens traditionnel, protégeant ainsi l’entreprise contre des prises de contrôle hostiles.

L’investissement d’Arnault, dont le montant précis reste non divulgué, est décrit comme “petit”.

Pourtant, même une petite participation par une figure comme Arnault ne manque pas de soulever des interrogations sur ses motivations réelles.

Historiquement, Arnault n’est pas étranger à des démarches stratégiques audacieuses.

Son acquisition de Tiffany & Co. il y a trois ans pour 16 milliards de dollars en est un témoignage éloquent.

Des proches d’Arnault cités par Bloomberg suggèrent que l’investissement pourrait être une marque d’admiration pour l’empire bâti par Rupert.

En janvier, Arnault a même déclaré publiquement qu’il serait prêt à soutenir Rupert pour maintenir son indépendance, ajoutant une couche d’intrigue à cette affaire déjà complexe.

Toutefois, cette opération n’est pas nécessairement annonciatrice d’un rachat.

Les analystes soulignent que les régulateurs antitrust pourraient regarder d’un mauvais œil une acquisition plus substantielle de Richemont par LVMH, étant donné le poids déjà considérable de LVMH dans l’industrie du luxe.

Ce mouvement stratégique d’Arnault pourrait donc être interprété de plusieurs façons : comme un coup de chapeau à un pair respecté, une manœuvre pour sécuriser une alliance stratégique, ou peut-être, comme le début d’un jeu plus complexe visant à renforcer la position de LVMH dans l’échiquier mondial du luxe.

Quelles que soient ses intentions, une chose est sûre : les yeux seront rivés sur les prochains mouvements de Bernard Arnault et leur impact potentiel sur le secteur du luxe global.

Cet investissement signifie-t-il que LVMH va acquérir Richemont ?



Non, cet investissement ne signifie pas nécessairement que LVMH prévoit d’acquérir Richemont. Les régulateurs antitrust pourraient être réticents à approuver une telle acquisition en raison de la concentration du marché que cela pourrait entraîner.
De plus, la structure de contrôle de Richemont rend difficile une prise de contrôle complète.

Crédits photographies : LVMH

Opportunité de carrière M&M : Talents